26 mai 2009

DRUMMONDVILLE

On se lève tard, c'est agréable! Petit déjeuné dehors avec Guillaume et Marie des vulgaires machins, on retrouve les copains Bapt et Rémi qui nous accompagnent ce soir et on se met en route vers Drummondville. On a encore jamais joué là bas et on est un peu inquiet car c'est une grosse salle. On arrive sur place un peu en avance, on a le temps de se poser sur la terrasse. On fait des balances laborieuse, les retours ne sonnent pas c'est pas facile… le gars qui organise est assez confiant pour le soir, il joue avec son groupe Scream Out qui n'ont pas joué dans leur ville depuis 8 mois, c'est leur grand retour. Ils ont prévu 700 tonnes de Tshirt à vendre et ils sont en tête d'affiche. On est un peu septique, les mecs ne sont pas bien vieux et n'ont pas l'air d'avoir beaucoup d'expérience. On bouffe au resto de la salle, enfin les autres car moi je m'occupe du stand et du public qui arrive en attendant d'avoir faim. Finalement ya pas mal de monde. Le premier groupe Bonvivant est très bon, un trio qui fait du hot water music en français. L'entreprise peut paraître périlleuse mais ça le fait bien! Je suis même troublé quand les gars me disent qu'ils commencent à peine, c'est un de leurs premiers concerts, ils n'ont rien enregistré et c'est déjà très mûr. Les quelques tshirts qu'il restait sont écoulé très rapidement, cool on rentrera en France sans merch, c'est la 1ere fois, alors qu'on en avait fait plus que l'année précédente! S'en viennent ensuite The Hunters qu'on avait loupé à Québec. C'est cool aussi, ils font une super reprise de "sabotage" originale et efficace. On monte sur scène pour le dernier concert de cette tournée c'est jamais très cool de se dire que ça se termine mais le concert est très cool, la salle s'est finalement bien remplie et le public réagit super bien ! Beaucoup de gens étaient frustrés de nous avoir raté en 2006 quand on s'était fait refouler à la frontière. Encore une fois le public est vachement varié, ya des punks à crêtes, des skateurs, des looks plus emo et même quelques babos, et tout se passe parfaitement. Après notre set, Scream Out débarquent et mettent en joie leurs nombreux fan qui sont là, les gars jouent chez eux et ça se voit, l'ambiance est bon enfant et amicale. Sur le chemin du retour Forest fait le DJ dans la voiture et à défaut d'être rester faire la teuf sur place on fait ça dans le camion !! On se couche en rentrant et on a pas hâte de rentrer demain!!

25 mai 2009

MONTREAL

Comme chaque année on décerne l’oscar du meilleur petit déj’ à Médé et Edith ! on est donc bien callé jusqu’à Montreal. On dépose PL au label et on se trace en ville faire un peu de shoping.. Finalement ya juste Forest qui s’achète deux paires de converse. On chope quelques disques aussi. On mange libanais et on se traine du coté de la salle, ça n’ouvre que pas mal plus tard donc on a le temp de se balader. On arrivant dans le quartier on croise par hasard Monk, le gars qui faisait le son des Vulgaires Machins sur quelques dates l’année dernière, c’est marrant de le revoir, ce mec est un sketch. Au début il ne nous remet pas, il nous fait visiter le Metropolis, la grosse salle classe de Montreal, un sorte d’Olympia en plus grand ou il est ingé son depuis des lustres. Je suis carrément pas fan de ce genre de grande salle mais le cadre est vraiment superbe. Il nous reste tout de même pas mal de temps à tuer avant le get-in, on va se boire un coup sur la terrasse ensoleillée des Foufounes Electriques bar et salle de concert mythique ou on a déjà joué sur les autres tournées mais pour cette fois on tenait à faire un show « all ages », ici l’entrée est interdite aux mineurs comme dans beaucoup de bars et de clubs à cause de la vente d’alcool. Une vraie connerie… un gamin de 12 ans peux mater une fille se faire prendre par un cheval sur le net sans problème, par contre venir voir un concert avec des adultes qui boivent des bières pas moyen… surtout que dans les salles institutionnelles ce n’est pas un problème. Une pure hypocrisie. Enfin du coup ce soir c’est concert sans alcool et c’est très bien ! surtout qu’on vient d’apprendre que la salle est au 3eme étage sans ascenseur !! Je vous laisse imaginer la flemme qui nous gagne au moment de monter le matos. C’est finalement vite torché, surtout qu’on partage le matos avec les autres groupes, histoire d’économiser des efforts inutiles. La salle est très cool, l’ingé son est un peu bourru mais il a l’air de connaître son affaire. Le gars de punkmeup.com qui organise à préparé à manger, c’est excellent, pizzas maison et super salade. Il a même acheter un baguette avec du pâtée et du fromage français, douce attention ! Les gens commencent à arriver, il y a beaucoup de français par rapport aux autres dates en région. Le premier groupe qui devait jouer arrivent complètement à la bourre et avec aucun matos. Du coup ils ne jouent pas… c’est donc The Sober Dawn qui ouvrent, un trio vraiment cool. On dirait The Lawrence Arms avec Chuck Ragan, la classe ! super compos, super son, c’est inventif et énergique. Le top ! On a ensuite droit à un autre bon groupe, Brixton Robbers avec un ska punk un peu poisseux, dans la veine du 1er album de The Flatliners. Le monde arrivent au compte goutes, normale vu qu’il n’y a pas d’alcool à vendre ici les gens vont boire des coups avant. Heureusement il y a pas mal de monde quand on commence à jouer. Le concert est très bien, mais le public est un peu effarouché, les gens ont l’air d’aimer vraiment mais ça ne percute pas autant que d’habitude… peut être l’effet de l’absence de breuvage à caractère alcoolisé… triste constat. Peut être sommes nous moins bons aussi… à cause de l’absence d’alcool.. j’en doute. Peut importe, la soirée est très cool, on s’en va boire quelques coups et faire la fête avec tous les copains présent ce soir là.

23 mai 2009

QUEBEC x2

Reveil peinard, on quitte le motel vers 11h, on a pas trop de route jusqu’à quebec ou on joue ce soir, c’est détendu. Sauf que ce soir on joue à deux concerts différents, le notre, en tête d’affiche à l’Agité en début de soirée puis ensuite on rejoue à la Casbah ou on joue en « invité surprise » en première partie de The Flatliners. Il y a aussi Hostage Life qui est un de mes groupe préféré que je n’ai encore jamais vu en concert, j’ai bien hate ! On a 45 minutes entre les deux show, heureusement les deux clubs sont vraiment à 5 minutes à pied l’un de l’autre, on se fait un repérage dans l’aprem. Nos potes Bapt et Remi nous rejoignent de Montreal en bus, on le retrouve à l’Agité. Le promoteur est assez cool, il nous couvre de bière, chips et fruit et nous lache un peu de thune pour qu’on se paye à manger… les gars de Zebrick arrivent, ils sont très sympas et nous prete leur matos pour qu’on puisse rapidement charger à la fin avant de décamper pour l’autre show. Devant la salle de tombe sur deux costauds qui m’expliquent qu’ils sont venu en stop de Drummondville pour le concert, je leur dis qu’on joue à Drummondville dimanche le gars me dit qu’il est au courant mais qu’il n’a plus le droit de rentrer dans la salle ou on joue !! Je le demande pourquoi le gars me répond que c’est parce qu’ils sont des méchants, les deux bonhommes ont pourtant l’air très cool, un peu tête brulée mais gentils… je leur propose de les faire rentrer dimanche si ils me promettent de bien se tenir, les deux gars me le promette avec les même étincelles dans les yeux que deux gamins à qui tu promets de les accompagner à Disneyland si ils sont sages. Le concert se passe bien, un peu speed forcement car ça a un peu de retard et qu’il faut on se dépêche pour l’autre concert, on y a été invité par les Flatliners et on a pas trop intérêt à se pointer à la bourre et retarder l’affaire car j’imagine que l’autre promoteur n’était pas forcement enchanté de nous accueillir sur le plateau. A peine fini on balance tout le matos dans le camion, nous avec et on trace à l’autre club, ya pas mal de monde devant, le premier groupe à fini de jouer mais c’est pas très grave on pourra les voir jouer dimanche ou on rejoue avec eux. On s’installe à toute vitesse sur les amplis de Hostage Life. Le mec au son n’est pas au courant qu’il y a un groupe en plus qui joue mais ça lui pose pas de problème, trop détendu la gars, et adorable. Chez nous dans ce genre de concert le mec piquerait une crise ou refuserai simplement, on a en a déjà eu la pénible expérience un fois ou on avait incrusté Sons of Buddha sur une de nos dates… Il y a beaucoup de kids qui étaient à l’autre concert qui nous on suivit, quand on commence à jouer le quart de la salle porte un tshirt guerilla poubelle, on en espérait pas autant pour un concert surprise ! quand j’installe ma tête d’amplis elle est encore chaude, ma voix aussi, c’est pratique ! On attaque direct à donf du coup et on enchaine la encore comme des fous, ça nous change de la plupart de nos concerts !! je vois déjà tout un stock de francais derrière leurs ordis qui se disent qu’ils aimeraient bien qu’on fasse pareil à chaque dates ! Hostage Life s’installe derrière nous (c’est cool pour une fois de ne pas jouer en dernier, on a le temps de profiter de la soirée et du monde). Perso je trouve leur concert très cool mais à mon avis les gars jouent trop fort sur scène le son est pas mal confus, perso je connais leur album par cœur donc j’arrive à reconstituer dans ma tête mais les autres ne sont pas franchement convaincus… et puis il y a beaucoup de copains à nous ce soir avec qui papoter. Le concert de Flatliners est très cool aussi, le mieux que j’ai eu l’occaz de voir jusqu’à présent ! on décolle peu après la fin du concert, on se mange un poutine avec les gars de MAP et de Slam Disque avant de s’envoler vers chez Médé qui nous heberge dans sa nouvelle maison, on l’avait visité en travaux l’année dernière, c’est super maintenant, sur le bord du St laurent à Neuville. On discute un peu avec le costaud et sa blonde avant d’aller s’écraser dormir…

22 mai 2009

Sherbrooke


On a rdv à 11h au local de Slam pour retrouver Jessy et PL, il pleut on ne peut pas tourner trop d’image pour l’instant alors on glande, on prépare les accessoires pour le clip et avec Forest on regarde un peu à ma tête d’amplis.. aucune idée d’ou vient le problème ! un des costaud d’Exterio me prête la sienne.. le beau temps revient, on fini de filmer les scène de scénar et on enchaine sur les prises avec les instruments. Jessy est tres efficace, il nous dirige pas mal et c’est assez cool de bosser avec un mec qui sait ou il va et ce qu’il veut. On a hate de voir le résultat ! même si encore une fois on espère que ça ne rendra pas trop « à l’americaine » que ça sera cohérant avec ce que Guerilla Poubelle est.. Forest se fout un peu de notre gueule avec nos complexes de médiocres à la con, il a pas pas tort peut être qu’en sortant le grand jeux ça le ferait aussi.. ? on décolle pas trop tard pour éviter le trafic. On s’arrête croquer du burger sur la route et on arrive beaucoup trop en avance à Sherbrooke. On connaît déjà un peu de centre ville, on y a joué 2 fois déjà l’année dernière. On retrouve Mylène qui fait notre son ce soir. On décide d’en profiter pour laver du linge : on se chope un laverie, un prise pour recharger les portables, une connexion wifi et c’est parti pour glander là jusqu’à 20h ou le club ouvre… c’est la lessive la plus longue de l’histoire de la blanchisserie ! Ken n’avait plus une seule fringue propre, il squatt dans la laverie avec une serviette autour de la taille. On fini par s’en sortir avec les sécheuses inefficace et après avoir gratter tout les fonds de poche pour trouver de la monnaie. La salle est très cool, le staff aussi, le groupe qui joue avant nous sont sympas aussi, les autres fond un peu la grimasse mais moi j’aime bien, c’est du crust hardcore ska, entre f-minus et leftover crack, c’est leur 3eme concert et ça assure déjà pas mal ! notre concert est bien cool, le public a la grande forme et il y a beaucoup de monde pour un mercredi soir ! Après le concert alex me torche au baby et on s’envolle se caller une poutine, le seul endroit ouvert semble être Chez Charly, ou on avait fini la soirée l’année dernière avec les copains de P.O.BOX, ça avait failli se finir en baston (cf blog de l’année dernière). On appréhende un peu mais finalement ça se passe bien. En partant du resto vers le motel on se fait contrôler par des flics, barrage de deux voitures en travers de la route, gyrophares en pagaille, les plots qui clignotent dans tout les sens, le flic s’approche « hey salut c’est un contrôle pour les ceintures et l’alcool, vous allez ou ? t’as tu bu ?» Damien répond qu’on est un groupe apres un concert et qu’on va e coucher à tel motel « ha ok bah bonne route » on repart sans souffler dans quoi que se soit ni sans que le flic est vérifié aucune ceinture ! On se fout un peu de la gueule des gars du groupe de ce soir qui avait une brochure sur la façon de réagir face à un contrôle de police, un truc anar sur la brutalité policière, chez nous les flics ne disent pas bonjour, ya pas moyen de se tutoyer et si t’es un groupe en tournée t’as toute les chances de te faire vider le camion !! trop cool ce pays…

21 mai 2009

STUDIO



On débarque au studio dans la matinée. Frank Joly, l’ingé son live des Vulgaires Machins et grosse pointure studio au québec nous avait proposé plusieurs fois déjà de venir enregistrer chez lui à l’occasion d’une tournée, cette fois on s’est organisé pour que ça le fasse, on s’était donc réservé lundi et mardi pour Frank, entre temps le mignon nous avait proposé de booker un studio plus classe que chez lui, on se retrouve donc au Studio Piccolo à Montréal. C’est un des plus gros studio du Canada, tenu par l’ingé son et le batteur de Céline Dion !! ça fait pas trop rêver dit comme ça mais imaginez notre joie de pouvoir chier dans les mêmes toilettes que Céline !! Et puis faut bien avouer que c’est un vrai gros studio de costaud, on a jamais eu l’occaz de se retrouver dans un plan comme ça, on a toujours enregistré peinard à la maison, en bricolant avec les moyen du bord et là on se retrouve avec un ingé son, un assistant, un guitar tech et un drum tech ! le luxe, on nous apporte des cafés, on nous chouchoute, on pourrait presque y prendre gout ! on enregistre quand même en live (faut pas déconner quand même !) mais chacun dans des cabines séparées, avec des purs amplis, une super batterie et des bonnes grattes et basses prêtées par les gars de Exterio et Kamakazi. On a prévu 3 titres qu’on torche assez rapidement : « pas de bonne raison », « le mythe de Sisyphe » et « mort et enterré ». Du coup le 2eme jour on se cale 2 titres en plus ! « Young & Dumb » un titre qu’on avait composé avec Forest quand il nous avait dépanné en tant que bassiste l’année dernière, c’est lui qui le chante (en anglais) et Guillaume des Vulgaires Machins cale quelques voix aussi ! On se pose en vitesse aussi « hey suburbia » de Screeching Weasel que Forest et Ken chantent. On a encore aucune idée de ce qu’on va faire de ces 5 titres mais ça risque d’être très cool ! On a quand même un peu peur que ça sonne trop « gros » pour nous, pas cohérant avec notre son… on verra bien le résultat fini. C’était un expérience très cool en tout cas, en particulier pour Alex qui enregistre lui même des groupes en France. Mes potes français Bapt et Rémi du groupe Vendredi sont en vacances à Montréal en ce moment aussi ils passent nous voir au studio, c’est bien marrant de les voir ici ! Jessy et PL viennent aussi mardi en fin d’aprem pour commencer à tourner le clip de « tapis roulant ». On vous en dit pas plus pour l’instant… Le soir on se cale un diner chez notre désormais « favourite place in town » Hot Dog Elegant puis on va se boire un coup à l’Hémisphère Gauche un bar rock ou on avait joué pour la dernière date de notre 1ere tournée ici en 2005. La serveuse se rappelle de nous (mais pas nous.. oups..). Damien et Ken vont se coucher tandis que Forest, Alex et moi on reste posés à discuter, la serveuse nous laisse brancher mon Ipod dans la sono, on passe notre zik, on raconte des conneries, on est content ! on tarde pas trop à rentrer se glisser notre viande sous les couvertures, demain on termine le clip et ya encore pas mal de taf !

19 mai 2009

CONCOURS DE BULLES

18 mai 2009

ST RAYMOND


Après une bonne nuit de repos on se cale un gros petit déj’ de costaud dans un Normandin (chaine de restau québécoise). Et on se lance en route pour rejoindre ce bon vieux PL à son chalet qui se trouve pas loin de là où on joue ce soir, paumé en pleine foret ! Le coquin nous a promis un bon gros barbecue de ricain malheureusement le beau temps n’est pas au rendez-vous mais on se grille quand même quelques saucisses et burgers qu’on se bâfre à l’intérieur, Forest repousse les limites, on se croirait presque dans un remake de la grande bouffe ! on se traine nos gros bides jusqu’à st Raymond, l’équipe des Houlala est déjà là, on arrive un peu au dernier moment donc pas de balance mais la place est pas très grande donc ça le fera. Un groupe de kids ouvrent, ya pas mal de leurs potes et la place est bien pleine, on est pas loin de Neuville et Québec où on a souvent joué donc ya beaucoup de têtes qu’on connaît déjà, c’est bien cool de revoir tous les copains et les copines, Eric Panic sont presque tous là ! Le concert assure pas mal mais c’est grave le bordel, public bien débile, Forest me sauve mes lèvres de coups de micro plus d’une fois. Le pauvre Ken se fait mal au dos sur le dernier morceau. Entre ça et puis ma lèvre meurtrie on va bientôt ressembler à un colonie de bras cassés… on retourne au chalet de PL pour dormir un peu avant de tracer demain à Montréal pour deux jours de studio…


RIMOUSKI


De retour à la salle, on mange des immenses pizzas en discutant avec les gars des groupes locaux, on rigole bien, les mecs sont bien cool. Ya pas mal de monde encore ce soir, on commence à être bien connu, ya des kids avec des tshirt des précédentes tournées. The Greens attaquent en premier, ils sont hilarants, entre les titres les 2 chanteurs racontent n’importe quoi. Ils jouent un reggae assez classique avec des chants punk, éraillés à la rancid. Un peu à l’arrache mais assez cool. S’en viennent ensuite Beer Addict, punk à la Discharge, pas très en place mais avec une bonne énergie, le public commence à etre bien agité. Encore une fois le public est bien éclectique et se mélange sans embrouille, j’aperçois un gros punk blousons en cuire, cretes et patch exploited qui sort avec une petite meuf looké skateuse MTV, c’est assez cool de voir comme le monde s’en tape des étiquettes et de toute cette merde de ghettoïsation de la scène punk comme par chez nous. C’est au tour de The Filthy Streakers, ska punk à la Streetlight Manifesto pas mal du tout, le batteur est très jeune mais il bastonne bien ! ils font une reprise des betteraves ! On s’installe rapidement, mais ma tête d’ampli déconne ! Heureusement le gars de Filthy Streakers me prête la sienne, je galere avec le son, Forest règle ça au fur et à mesure, ça fini par le faire. Les kids sont déchainés on joue à même le sol on se rentre dedans, c’est très bon mais je me prends un coup de micro dans la geule, je crache du sang tout le reste du concert… on fait 3 ou 4 rappels. C’est le chaos mais très bon esprit. Slams, circle pit et compagnie… on assure encore pas mal ce soir niveau merch, on va peut être pouvoir se rembourser une partie des billets d’avions cette fois ci !! on se rentre à l’hotel et on se couche détendu comme des moines bouddhistes car on sait que demain matin on à l’occaz de dormir jusqu’à 11h !!

16 mai 2009


On se lève encore plus tôt aujourd’hui, 7h, branle-bas de combat, on avale un petit déj’ rapidos et c’est partit ! on doit pas trainer car on a un bateau à prendre à 9h pour traverser le St Laurent. Pas question d’arriver en retard car le suivant est à 14h. En plus en arrivant de l’autre coté de la rive on est attendu à déjeuner par Steph qui nous avait hébergé plusieurs jours lors de notre 1ere tournée au Quebec en 2005. On se régale donc un vrai repas, des pates aux épinards, féta et poivrons, classe. On embarque avec elle pour Rimouski ou on joue ce soir. Sur la route on écoute le nouveau Green Day… dur… 14h, arrivée à la salle. Karine, l’organisatrice, nous dit qu’on ne peut pas balancer avant 17h !!! Deuxième mauvais point pour PL qui va avoir les oreilles qui vont chauffer quand on va le retrouver demain !!! On trace au motel pour faire une sieste du coup, prendre une douche et pour Alex et Forest répéter des chansons de leur nouveau groupe, les Rasoirs Electriques. J’en profite pour m’occuper un peu sérieusement du web. Enfin en vérité il s’agit juste de la mise à jour de ce blog et de quelques mails à l’amoureuse trop loin à paris…

KENOGAMI



Comme escompté je roupille la grosse majorité du voyage, heureusement Alex prend quelques photos car je rate la traversée du parc. En même temps les 3 heures de traversée ressemblent perpétuellement à la photo ci jointe. On fait une pause bouffe au mac do, c’est vraiment dégueu… j’ai la gerbe 5 minutes après… on arrive comme prévu à 14h, l’organisateur n’est pas encore là… il arrive peu après, on décharge mais on ne fera les balances qu’après 18h !! on glande toute l’après midi en pestant sur PL qui nous a bien dit d’arriver si tôt pour rien ! On aurait pu dormir au moins 5 heures de plus et au niveau de fatigue ou on est rendu ça n’aurait pas fait de mal ! on va voir au magasin du musique à coté, au dépanneur on achète des chips et des tortillons (sorte de fils entortillés de fromage dur et hyper salés). Mais à part ça ya rien d’autre à faire dans le coin… On joue aux cartes, on s’emmerde au point de jouer à lancer des cannettes dans une poubelle, notre version pathétique du basketball ou plutôt de la pétanque. On fait la connaissance des Maries, groupe de filles qui s’appellent toutes marie ! nos copains des Houlala arrivent, c’est les grandes retrouvailles avec eux et en particulier le parfait Médé (cf les précédents blogs au quebec). La sono ne marche pas, les gars vont en chercher une autre. Le patron de la salle est super pénible, une sorte de rature de faux flic sympas mais hypocrite… il arrete pas de prendre la tête à Samuel, le kids qui organise le concert. Les concerts des groupes se passe bien, Les Maries assurent bien, les Daltons ensuite envoie du bois avec un punk rock à la Sheriff (les daltons qui sont fan des sheriffs moi ça me fait mourir de rire). Les Houlala retournent la salle, c’est n’importe quoi, ya des confettis et des serpentins qui volent dans tous les sens ! A voir la tête de Forest qui débarque dans la salle après avoir piqué une sieste dans le camion la scène est surréaliste. Des gros punks en cuir qui font la farandole, des filles avec des fausses moustaches et des skateurs avec des perruques multicolores qui se roule par terre ! notre concert juste derrière doit paraitre bien austère… mais l’ambiance est cool, on a vendu un paquet de tshirt et disques et il a quand même pas mal de fans qui chantent les paroles. On a la grande forme malgré la fatigue qu’on se cogne. On termine à l’hotel à boire des bières et à déconner avec les houlala et quelques gars et fille de l’orga.


JOLIETTE


Décalage horaire oblige, on se réveil sans trop de problème, on va se faire un petit déjeuné de champion juste en bas, ou on commence à avoir nos habitudes à force d’y avancer à chaque tournée… on trace au local de Marc-André batteur de Mononc Serge et maintenant des Cowboys Fringants qui nous prete une batterie pour la tournée. Il a un studio de répétition dans une grande coopérative de studios, le lieu est très cool. Damien part ensuite en camion chercher les tshirts qu’on a fait faire ici. Avec les autres on se fait une session magasin de musique pour acheter du matos, des cables etc… Je trouve par miracle exactement la gratte que je cherchais. La même qu’avant mais on ne la trouve plus nul part. ouf ! on se prend un grosse pluie sur la gueule après avoir engloutit quelques hot dogs. De retour à l’appart on s’occupe de préparer le matos, les Vulgaires Machins nous prêtent leur camion et les amplis guitare et basse, le tout chargé dans le camion, on s’envole vers Joliette, enfin on s’envole doucement, à cette heure là ya quelques bouchons sur la route, mais on va pas loin et ici les bouchons sont pas bien méchant quand on connaît Paris ! Le bar l’Azile est assez cool, le patron nous accueil avec un grand pichet de bière ! bon esprit, d’habitude au quebec, comme on avait pu le vivre en angleterre les groupes payent leurs boissons. Le costaud nous rincera toute la soirée et nous lache même un billet de 10 chacun pour qu’on aille se payer à manger !! On décharge sous la pluie, on fait une rapide balance, on pli du tshirt et on se pose en attendant le début du concert. En première partie il y BANGERANG, leur style de musique est assez indéfinissable, mais ça joue bien, les mecs sont bien fous, ça se barre un peu dans tout les sens, du métal, du punk, des plans fusion un peu chelou… le monde arrive progressivement, on attaque le concert devant une salle vide !! mais à peine rendu au milieu du 1er refrain le monde se masse devant. Ouf, ils étaient juste en train de fumer des clopes dehors et n’étaient pas rentré chez eux ! le concert est cool, on se dérouille, on essaye quelques nouveaux titres, Forest assure à mort son rôle de rodie. On s’éternise pas trop car Joachim le roadmanager des Vulgaires qui est aussi manager d’un bar rock à Montréal, la Roquette nous a fait jurer de passer boire des coups après le concert, on s’endort tous comme des merdes sur la route et personne n’est trop motivé en arrivant devant le bar, mais après quelques pichets et shooters de wisky et de jäger on retrouve nos forces, un DJ balance du punk à fond, nofx, rancid, the clash, face to face, weezer, bad religion, etc… heureusement qu’il n’y a pas de bar qui passe de la musique aussi cool à coté de chez moi, sinon je serais alcoolique au dernier degrés !! Damien rentre se coucher en camion, on a une grosse route demain, nous on reste jusqu’à la fermeture du bar à 3h, on s’enfile une poutine avec Joachim, sa co-gérante et une autre copine à lui. On rentre à pieds à l’appart, on rigole bien et on désaoule un peu du coup ça nous fait pas de mal. En arrivant les plus téméraires d’entre nous accompagne Joachim atour de tisanes à la vodka, enfin pas vraiment de la vodka : du Cacique, un intrigant alcool d’amerique du sud… couché 6h, levé 8h, je sens qu’on va bien dormir sur la route…



14 mai 2009

arrivée à montreal




Depuis notre échec en 2007 et notre expulsion du quebec chaque départ de tournée en avion est un peu stressant. Heureusement notre label sur place et en particulier l'incroyable PL ont tout prévu. cette fois encore, comme l'année derniere on a tout "en regle": permis de travail, contrats d'embauche,... on se fait quand même une petite peur avec des bouchons records au départ de paris. assis dans l'avion tout roule, passage à la douane peinard, un coup de tampon par ci, une fouille de bagages par là, un tract de prévention pour la grippe porcine et nous voila dans les bras de ce bon vieux PL !! La fine équipe pour cette tournée se compose de nous 3, damien et de Forest, que vous avez peut etre déjà croisé au poste de bassiste interimaire dans guerilla l'année derniere mais aussi plus probablement dans les Pookies, Sons of Buddha, Black Zombie Procession ou dans les plus récents mais non moins fameux Annita Babyface and the Tatsty Poneys qui cette fois nous accompagne en tant de roadie. C'est aussi la premiere "vraie" tournée depuis l'arrivée de Ken à la basse en novembre dernier, on a des nouveau titres, un bassiste du tonnere et on a vraiment hate de jouer! Mais cette fois ci on a pas de concert de jour meme de notre arrivée, et c'est pas une si mauvaise idée finalement. on se pointe donc détendu au locaux de Slam Disques, ou Jessy le boss est en train de bricoler un nouveau distributeur de canettes. comme ils l'ont acheté ils mettent ce qu'ils veulent dedans, voila donc une superbe machine remplie de heineken! on boit quelques coups en discutant, et on trace au QG des vulgaires qui encore une fois nous accueillent avec bienveillance. on papote un peu et on fonce manger au HOT DOG ELEGANT notre traditionnel boui-boui ou nous engloutissons poutines, burgers et hot dogs. Aller se faire claquer le beignet là bas c'est un peu comme quand on était gamin et qu'on retrouvait nos potes de colo tous les étés... à la fois un air de vacance et un air rassurant de "home sweet home". on se fait livrer un caisse de bières à l'appart (quel beau pays tout de meme!) et on boit quelques coups avant d'aller s'écraser sur nos matelas respectifs...

12 mai 2009

WE'RE BACK ! ! !


Apres un an de silence on va se motiver pour poster quelques news de notre tournée au quebec, ça fera plaisir à nos parents de lire des nouvelles et nous évitera des coups de rouleau à patisserie de nos petites amies laissée sans nouvelles!




01 mai 2008

LAVALTRIE

Réveil peinard à Montréal, le concert de ce soir est à moins d'une heure de route alors on a la journée pour glander. Sushi pour certains, burger pour d'autre, promenade, shopping, disques, chaussure, cadeaux pour les copines... On roule jusqu'à Lavaltrie, y a du trafic pour une fois, mais rien de bien méchant à coté de notre cher périph' aux heures de pointes. On se paume un peu dans la campagne grâce au particulier sens de l'orientation de PL (rebaptiser GPL pour l'occasion). On arrive à la salle les Vulgaires sont déjà là, le lieu est vraiment minuscule, mais aménagé comme une vraie salle, il y a une scène, des lumières, du gros son, un toute petite loge... l'accueil est cool. on nous sert des spaghetti pendant les balances des Vulgaires. On envoie notre test de son ensuite, c'est Frank, l'ingé son des Vulgaires qui s'en occupe, on joue sur tout leur matos car il n'y a vraiment pas la place de stocker ça. Le test dur 10 minutes, le son est super, Frank assure. Le public commence à arriver. On attaque, confort optimum mais pas beaucoup de place sur scène. Les gens restent figé mais attentifs, ambiance un peu cheulou, le monde reste nous regarder, applaudissent et tout mais très froid et timide. Il faut dire qu'on joue en tout premier, les gens ne sont pas encore trop chaud. il fait beau et pas mal préfèrent rester dehors en terrasse à boire des coups. Les Vulgaires eux s'en sortent mieux, mas tout est très propre ici, on dirait presque un show TV. On traine pas trop après le concert car on rentre sur Montreal et qu'on se lève tôt demain pour une grosse route

30 avril 2008

MONTREAL


Les autres commencent la journée par du shopping pendant que je reste à l'appart des Vulgaires pour faire une interview par téléphone sur CHYZ dans l'émission Punk Détente. les autres rentrent bredouillent et on trace dans le centre. On est en avance à la salle, les mythiques Foufounnes Electriques ou l'on joue ce soir avec l'incroyable Mononc Serge. Du coup on se gare juste devant et on va manger chez St Hubert grosse chaîne de resto type hyppopotamus mais avec que des spécialité aux poulet. Bon marché et pas dégueulasse. De retour à la salle, Serge et son groupe sont arrivés, c'est cool de les revoir, on les a pas mal côtoyé en France. On se fait deux interview pour des télés, Musique+ et BangBang TV, c'est une première pour nous, mais ça reste simple et détendu. Pas de balances pour nous mais c'est Frank, l'ingé son de Serge qui s'occupe de notre son ce soir, il est réputé et très efficace, ça le fera. La salle se remplie bien vite malgré le match de Hokey. Alien's Cab attaquent en premier. C'est du hardcore avec deux chanteurs, rapide et bien énervé. Un peu costaud pour moi mais la salle est déjà bien retournée. Il y a beaucoup de français ce soir dans le public et pas mal de connaissance à nous. À notre tour de monter sur scène, rapide linecheck et let's go. Ca le fait : gros son et ambiance de folie. On avait gardé un mauvais souvenir de notre dernier passage ici en 2005, il est balayé d'un coup en quelques chansons. On souffle un peu avant que Serge déboule sur scène faire un tabac. Le stock de Tshirt diminue à vu d'oeil, c'est bon signe: non seulement ça veut dire qu'on doit pas etre si mauvais que ça mais en plus on va peut être réussir à rembourser nos astronomiques frais de douane et nos saloperies de permis de travail !! Le concert de Serge est excellent, c'est super de le voir ici avec son public à donf, très éclectique en plus, il y a de tout, des punks, des fans de métal, des hippies, des bikers, des mecs qui semblent sortir du bureau et même quelques gangsta!! Le concert est long mais ça le fait. On se cale une dernière poutine avant d'aller se coucher.

29 avril 2008

QUEBEC

On commence la journée par une interview chez CHEQ FM, ça fait un peu de route pour y aller, et on assure pas trop : Marie, l'animatrice, est beaucoup trop enthousiaste pour nous, on est un peu bloqué du coup, on s'attend les un les autres pour parler. Ca dure que dix minutes, Damien qui meurt de faim et qui conduit est grave en colère du coup... Heureusement on se tape bien vite un Burger king, première junk food de la tournée. on est très fiers d'avoir tenu jusqu'ici !!! Direction Quebec, la ville, On décharge à la salle, le bar l'Agitée, c'est une coopérative de travail. Ambiance altermondialiste et anar, mais en dehors de ça, ça ressemble à un bar de base. On se rend compte qu'il y a un problème avec la sono. Eric essaye de réparer ça... On retrouve Guillaume le chanteur saxophoniste de MAP et on s'enquille une autre interview avec lui, sur CKRL FM cette fois. C'est plus réussis ce coup là. Guillaume nous invite à manger chez lui avec les autres gars de MAP. On se pose tranquillement en se félicitant de la zenitude que les gens possède ici. Au volant (ou Damien est simplement sidéré du calme et la discipline des conducteurs) comme ici ou on se rend compte qu'il manque un ampli guitare à moins d'une heure du show. Les mecs restent très calmes, ils terminent de manger et de boire un coup avant de passer un ou deux coup de fil pour régler ça. De retour à la salle ça ne tarde pas à bien se remplir (la salle, pas nous!). PL qui est le promoteur de ce soir est aux anges, il n'espérait pas autant de monde. On retrouve Steph qui nous avait accueilli chez elle plusieurs jours en 2005. Mashamba jouent en premier, du punk hardcore avec un chant à la Lofofora. Bien en place et énergique. MAP exécutent un très bon concert, j'ai hate de les revoir en France en Septembre. Le public commence à être bien excité. On se prépare en vitesse et on attaque. Ce soir on doit jouer plus longtemps alors on a prévu une longue liste. Le public est en grande forme, nous aussi, ça le fait bien. Sans aucun doute la meilleur date de la tournée à ce jour.Le stand de CD et tshirt flambe. Concert en semaine oblige, le public s'enfuit très vite après le dernier morceau, malgré le super DJ qui mix du bon punk. Le gars passe du P.O.BOX, trop fort ! On veut lui filer notre album mais il l'a déjà acheté, il s'en tire avec le CD de Warsaw Was Raw. Avant de partir on colmate une fuite d'eau de la remorque avec du chewing gum (si vous avez vu rocketeer, c'est du même acabit...) on en profite pour écouler comme ça notre stock de gum au savon ! On espère que ça va tenir... Après avoir salué comme il se doit les gars de MAP et de l'Agitée, on trace se faire une poutine avant de rentrer jusqu'à Montréal direct.

28 avril 2008

DAY OFF


Aujourd'hui c'est vacance. On va se prendre un petit déjeuné de champion chez Julie de Eric Panic. Oeufs, bacon, gaufres, toasts, galettes de patates, sirop d'érable évidement... et on trace de promener dans Quebec. Shopping surtout et goûter sous la pluie. La vie n'est pas chere du tout ici, avec en plus le cours très bas du dollars, on se sent riche!! ça nous change de chez nous... Le soir on se prévoit une soirée peinard, on reste au Manoir de Neuville. Médé et sa blonde nous emmènent manger la meilleur poutine du Québec. A la cabane à frite du vieux moulin à port rouge. On mange entassé dans la voiture, d'apres Médé c'est la tradition. Un régal. Le fromage couine sous la dent, les frites sont parfaite, la sauce irréprochable. On teste ensuite toute un variété de chewing gum. Dont des incroyables gum "toujours au même goût de savon" est écrit sur le paquet. beurk.. De retour au bar du Manoir on boit de coup devant le match de hockey. Les autres s'y prennent bien, ils ont l'air de comprendre les règles et les enjeux. Je suis largué. Il y a des pubs dégueulasses toutes les 3 minutes, ça me rent malade. mais la tradition veut que le bar offre des shooter d'alcool pour chaque point marqué, j'en profite malgré tout. Les canadiens perdent. Je me fait quelques partie de baby avec Damien. Je pers moi aussi... les autres jouent au billard ou discute avec les copains. on se couche tôt. On récupère bien.

27 avril 2008

NEUVILLE


Apres une nuit de repos mouvementé par le gros boucan de fan de hockey dans les couloirs on s'envole jusqu'au premier truc u on s'enfile un petit dej de flic américain, de l'eau avec un vague goût de café et des donuts à gogo. On trace la route jusqu'à Neuville là ou on a beaucoup d'amis, on y avait joué deux fois lors de notre dernière tournée. Eric est rendu gérant du bar de cet hotel, le Manoir de Neuville. C'est là qu'on joue et qu'on dort. On y retrouve les Houlalas et l'inénarrable Médé, Eric Panic au complet qui jouent avec nous ce soir. leur seul concert de l'année, on est honoré et ravi. Les Vulgaires sont là, On commence à boire des coups sur la terrasse qui donne sur le St Laurent. Classe. Pas de balance, on se fait un billard et un babyfoot à la place. Le monde commence à arrivé, pour un dimanche soir c'est vraiment cool, Médé fait les entrée avec une grosse boulette de fric dans les mains, devant la porte, à l'ancienne. On retourve Penny qui avait organiser notre concert au nouveau Brunswick, elle à fait toute la route pour venir ce soir ! Le concert d'Eric Panic est super, ils sont un peu rouillé car ils n'ont pas joué depuis une éternité mais l'énergie et la joie est là. Julie à un sourire jusqu'au oreille, elle est d'un dynamisme à toute épreuve. Ca fait chaud au coeur de les retrouver. On enchaîne après eux, ici c'est à la bonne franquette, on ne fait pas de liste avant de jouer, on improvise. ça nous fait du bien, on est plus fun et plus soudé qu'aux précédents concerts, le public répond bien, c'est excellent de voir toutes ces têtes connues quand on joue. Les Vulgaires font un concert tres punk, ils jouent de morceaux qu'ils ne jouent pas d'habitude, l'excellent "un vote de moins" par exemple. ils enchainent à donf, on entend presque pas leurs voix mais la foule chante. Monk leur ingé son sur ces quelques dates est un vieux rocker qui privilégie les guitares. C'est pas pour me déplaire. Ce dernier est un sacré personnage. Il nous raconte en anglais des histoires incroyable, il a tourné avec SNFU dans les années 80 entre autre. Il ne boit plus d'alcool fort depuis 95 mais enchaîne les bières comme un damné. il y a une machine à alcootest ici, il se met en tête de battre tous les records. Le maxium étant 20, il n'arrive qu'à 18. il est déshonnoré, il enquille encore plus. on termine la soirée dans sa chambre avec l'alcootest (il passera la nuit à essayer d'arriver à 20 sans succés) Joachim et Guillaume des Vulgaires nous font une démonstration de télépathie troublante... On se couche tous plus tard les un que les autres... sauf Monk et Eric qui ne se couche simplement pas..

26 avril 2008

CHICOUTIMI


On joue donc après le match devant une salle pleine et attentive. Montréal à perdu ce soir mais les gens sont quand même à la fête. On a des galères de son, on est pas en forme, moi trop énervé et Koj trop fatigué. On est déséquilibrés. Heureusement Alex reste infaillible. Et PL au stand arrive à refourguer du Tshirt et du CD à gogo. Il y a étonnement beaucoup de filles ce soir. On nous explique que dans la région la proportion est de un homme pour 4 filles!! J'en connais qui vont avoir envie de venir s'installer ici... Le concert des Vulgaires Machins est excellent, sans doute le meilleur que j'ai vu d'eux! Le public est en feu. Ici comme les autres jours les gens viennent beaucoup nous voir pour nous féliciter du concert ou des disques, les kids restent simples dans leur rapport au groupe, ils se foutent pas mal d'avoir un autographe, on discute beaucoup les gens sont tous très gentils et adorables. On y croise aucun reulou comme on peut en trouver par chez nous. Pas de gros porc défoncés, pas de violence, même les crusts les plus hardcore semblent attentionnés et souriants. Je généralise peut être mais la courtoisie me parait bien plus en vogue que par chez nous. On traine pas mal avant de décoller vers le motel ou on dort ce soir. Une fois n'est pas coutume on se paume un peu avant de trouver. Ici aussi les chambres sont immense et les lits assez longs pour que Koj arrive à y loger largement ses grandes jambes. Ici, Fifou est aux anges, il peut prendre des supers photos "à l'américaine".


Traversée du PARC DES LAURENTIDES et Hockey

Le réveil du lendemain est plutôt facile, on va prendre un petit déjeuner de "rôties" avec des oeufs; en fait c'est juste du pain de mie grillé. On part ensuite tranquillement mais sûrement pour Chicoutimi au Nord du Québec. Ca prend environ 5 heures de routes et on doit traverser le Parc des Laurentides. Un immense parc national d'une 150aine de kilomètres du Sud vers le Nord. Il n'y a qu'une seule étape au milieu, qui porte bien son nom (L'étape). On s'y arrête manger une poutine tranquillement. Peu de temps après être repartis, une voiture nous dépasse en nous faisant signe de nous arrêter. Chose faite, on se rend compte que la porte arrière de notre remorque est à moitié ouverte ! Le sac d'Alex était sur le point de tomber, il a eu chaud. Le cadenas qui devait tenir la porte avait été mal fermé, pas bien grave, mais l'experience est bizarre. Apres avoir réussi à attacher la porte comme on pouvait on continue la route sans encombre. La salle est un gros bar avec une scène plutôt chouette, bonne taille, un peu haute mais bon, avec un écran géant pour diffuser le match de Hockey de ce soir. On apprend que c'est déjà complet: cool! Ca dois jouer tard ce soir, à cause du Hockey; en ce moment en Amérique c'est la Coupe Stanley, le championnat de la NHL (LNH ici) et Montréal est encore en course. L'engouement pour l'équipe est incroyable, dans tout le Québec on croise des petits drapeaux avec le logo de l'équipe sur les voitures. Même les concerts sont retardés pour commencer après le match ! Je dois avouer que je me prends un peu au jeu, et suis content de pouvoir le regarder.

KOJ

25 avril 2008

POUTINE RATÉE

On arrive a traîner les derniers retardataires pour partir en direction d'un endroit où souper. Apres un leger conciliabule on nous dirige vers "Charlie" un petit restau'. Arrivés la bas, on a perdu les MAP en route; il n'y a pas l'air d'avoir beaucoup de place, et de toute façon, on est presque 20. On ressort en se disant qu'on va trouver plus simple et plus rapide, mais ils arrivent a nous convaincre de rester, misère. Damien, déjà fatigué a la bonne intuition de sortir quand même et d'aller chercher une pout' au coin de la rue, malheureusement il part trop vite, on a pas le temps de le suivre. On s'installe donc à des tables plus ou moins proches, ça prend déjà du temps pour prendre les commandes, mais il a fallu plus d'une heure pour qu'elles arrivent, le plus souvent froides. On est un peu dépités devant nos poutines et nos frites froides et pas très bonnes (le mauvais goût persiste après 1 lavage de dent). Au moment de payer, la mauvaise humeur a pris le dessus, certains sont sortis fumer une "touille" en attendant leur commande et ont finalement laissé tomber. Le patron sort un peu violemment pour leur demander de payer, en les traitant de voleur, ça dégénère un peu et Eric, un peu saoul va voir le patron et lui reproche le temps d'attente "1 heure pour une poutine ostie d'cav'" Ca chauffe, pas de bagarre, mais il nous confiera plus tard que c'était un stratagème pour pas payer. Vrai ou pas, lui et alex (qui l'a retenu) n'ont en effet rien déboursé, tant mieux. Je paye mes trois dollars en soufflant ma mauvaise haleine (de frite) à la serveuse. On se retrouve ensuite dehors pour les adieux avec les P.O. box, ils sont fatigués mais un peu déçu de devoir rentrer. Nous on se met (enfin !!!) en route à 4h du matin vers le Motel qu'a réservé Pierre-Luc. Des chambres immense avec 2 énormes lits, le rapport a l'espace est vraiment différents ici et en Europe. On passe tous une courte mais confortable nuit.

Koj

SHERBROOKE

On arrive à Sherbrooke bien en avance pour le concert, on repère le bar ou ça joue, la patronne est bien cool. On descend en ville pour faire un peu de shopping. Mauvaise idée, on trouve rien. Ya plein de magasins mais que des shops de trucs inutiles, pas moyen de trouver des fringues normales ni des disques... De retour au bar on boit un coup en attendant les autres. P.O.BOX arrivent, c'est la fête et les câlins instantanément, leur tournée ici se passe super bien, c'est cool de les retrouver, à l'autre bout du monde en plus. MAP ne tardent pas non plus. Tout est pret, le monde arrive. P.O.BOX jouent en premier, derniere date de la tournée pour eux, ils sont grave crevés mais c'est super bien. Un groupe du coin joue après, je ne me rappelle plus du nom, c'est du punk un peu grunge. pas mal mais ils jouent longtemps, on a hâte de jouer. Le concert est super pour nous, le public est la en masse pour nous. ça chante, ça bouge bien. C'est toujours super motivant de voir des gens à l'autre bout du monde qui sont à fond dans GUERILLA, je n'arrive toujours pas à m'y faire... comme hier on joue pas longtemps, 35 minutes à tous casser, de mon coté j'essaye de pousser à fond, j'ai mal au corps et à ma voix... MAP jouent après nous, la dernière fois que je les ai vu c'était en 2004 à Paris autant dire que le groupe à prit beaucoup d'ampleur, c'est vraiment bien. Ils jouent beaucoup de titres de leur dernier album en date, le meilleur à mes yeux. malheureusement la salle s'est pas mal vidée après nous.. Le concert à pas commencé tot, il est tres tard et on traine tous et Damien s'impatiente, demain on joue à Chicoutimi, à 6 heures de route vers le nord, il a hate d'aller se coucher...

COWANSVILLE


Lever tot, depart pour Cowansville. C'est un peu spécial, on joue dans une école secondaire, à la pause déjeuner du midi. Comme il fait beau c'est prévu en plein air. Juste Guerilla, un set de 30 minutes. On s'intalle au milieu du parc, l'ampli basse déconne, on flippe un peu mais Koj arrive à le régler pour pas que ça sonne trop mal. On attaque alors que les kids arrivent, la moitié sont assis et mangent leur sandwich, quelques uns dansent un peu. Le son est atroce et comme on est en plein air, ça sonne pas fort du tout, j'entends les grattements du médiator sur mes cordes aussi fort que l'ampli. Quand il y a un coup de vent le son des cymbales disparait. C'est vraiment étrange comme expérience. Mais pas désagréable. Il fait super chaud, des kids arrivent avec des mister freeze géants. ça nous donne trop envie. Je propose un échange de badges contre des glaces. à la fin du concert on mange donc nos glaces en discutant avec les kids. On va manger à la cafétéria de l'école puis on se fait une séance photo dans les couloirs, c'est vraiment comme les écoles dans les films ricains avec les casiers et tout, il manque juste les cheer-leaders. On se croirait dans Buffy ! On discute avec Ramon qui a organisé le concert. Un bon vieil anar qui nous raconte ses diverses frasques, le gars est vraiment bavard mais intéressant. On trace ensuite vers Sherbrooke où on joue ce soir avec les excellents MAP et nos copains français de P.O.BOX qui terminent leur tournée québécoise ce soir !


24 avril 2008

Ste THERESE


Décalage horaire oblige on se réveille tous tôt, sans alarme même.. Petit dèj et direction le magasin de musique pour faire le plein de cordes, médiators, baguettes, etc.. on regarde un peu les trucs là bas, tous les prix sont vraiment moins chers qu'en France. On se promène un peu, il fait super beau et chaud mais il reste ici et là des gros tas de neige qui fondent doucement... On a rdv à midi pour une interview au Hot Dog Élégant, là ou on a déjà mangé hier midi. Perso, je n'ai pas faim (je ne suis pas habitué à prendre un petit déjeuner, je suis calé) je m'occupe donc de l'interview pendant que les autres mangent. On se rentre au point de ralliement ou on est censés retrouver à 14h Pierre Luc de Slam (PL pour les intimes) et Eric de Eric Panic qui nous accompagne sur toute la tournée, ils arrivent vers 16h30, sans stress. Effectivement on joue à même pas une heure de route, à Ste Thérèse. La salle est dans une école, entre le lycée et l'université, un enorme batiment (CF photo). il y a déjà des punks qui squattent devant, je sais pas si c'est à cause du concert ou si ils trainent toujours là. Des jeunes nous branchent direct à propos des Betteraves. Ils sont déçus qu'on leur dise qu'on n'en joue pas. On décharge rapidos, on récupère nos tshirts qui sont fabriqué ici par Pat, le batteur des Vulgaires. Ya pas mal à grignoter. On balance, on prend pas mal de temps car on doit s'habituer au matos. C'est pas facile, chez nous on joue toujours sur le même équipement. C'est Eric Panic qui nous le prêtent. Eric lui s'occupe du son. ça le fait, on est pas trop à l'aise mais ça a l'air de sonner. Le monde commence à arriver vers 20h30. Le premier groupe attaque, Rotten Pickels, des jeunes qui balancent du punk rock à la Unseen en moins crust. Ils bougent pas mal et arrivent à bien motiver le public. On s'y lance après eux, y a des kids qui semblent nous attendre de pied ferme. On envoie la sauce, dur sur scène au niveau du son et des amplis. On tatonne mais le public réagit super bien. Les premiers rangs chantent les paroles et plus en arrière ça pogote sévère. PL au stand écoule pas mal de CDs, on est bien surpris de la réaction des gens. Les Vulgaires envoient leur set après, ici ils sont très connus et ont beaucoup de fans, c'est cool de les voir avec leur public. Mais comme n'importe où le succès fait baver les intégristes, ils se font décrier par quelques punks venus pour nous. On discute avec les gars, ils ont juste des sales idées sur les Vulgaires, comme quoi ils ne seraient pas authentiques. Nous, on les connaît bien et on leur raconte comment ça se passe en vrai et on leur dit de pas écouter les on-dits. Les quelques aigris ont pas un si mauvais fond finalement... On se rentre après le concert à Montréal ou on se fait livrer de la poutine chez les Vulgaires.


Arrivée à MONTREAL



Mardi matin rdv à l'aéroport. Alex, Koj, Damien, Fifou et moi même. On est tous à l'heure, on s'enregistre, on embarque et on est en route. Arrivés à Montréal, les gars sont tous pas mal stressés par notre passage aux douanes pour valider nos permis de travail. Car cette fois ci on a fait toutes les démarches à la con pour être "en règle". Alors qu'on se ramène ici à nos frais, en sachant très bien qu'on sera dans le rouge financièrement. Mais notre dernière tentative de tournée au Quebec avorté en 2006 nous a pas mal refroidis. On joue le jeu donc... libéralisme de merde... finalement tout est en règle et on passe, avec un joli permis de travail sous le bras et les manteaux dans les sacs car ici il fait plus de 20 degrés. C'est Max le bassiste des Vulgaires Machins qui nous accueille et nous conduit au loft de Guillaume et Marie des Vulgaires toujours. on pose nos affaires et on bouge dans Montréal. On se cale notre première poutine de la tournée, Alex achète du matos de zik, on passe chez Slam Disques, notre label de ce coté ci de l'atlantique, on boit un coup en papotant avec Pierre-Luc qui s'est occupé de tout pour nous ici et de Jessy, le boss de Slam. La tournée se présente bien, malgré les dates confirmées à la dernière minute et les diverses galères. On rentre chez les Vulgaires, on déballe un peu nos affaires, on se fait livrer des bières (!!!). Apres le repas on sort avec Guillaume, Marie et Maude leur colocataire pour aller jouer au bowling. Comme des vrais américains. C'est une première pour Alex et moi, on a l'air cons avec nos chaussures de bowling et nos boules qu'on sait à peine tenir, mais on s'amuse bien. Damien nous donne une bonne leçon ! De retour à l'appart personne ne fait long feu, le décalage horaire commence à se faire sentir sérieusement (il est 6h du mat en France et minuit ici). Demain on a une interview prévue à midi, ça nous laisse le temps de dormir un peu d'ici là...

21 avril 2008

QUEBEC TOUR 2008


On se prépare pour notre tournée au Quebec. On décole mercredi matin, tous les papiers sont en régle et on a hate d'y etre !! Le blog n'était plus mis à jour ces derniers moi (manque de motivation, beaucoup d'autres trucs, impression de se répéter aussi...) mais pour cette tournée on va s'y recoller pour vous faire partager ça.



30 novembre 2007

On arrive un peu tard à Limoge, il y fait déjà bien nuit et on déboule dans la salle avec presque tous une envie de pisser insoutenable. Le pauvre Koj est élégamment accoutré d'une minerve, suite à un douteux enfilage de sac à dos. Je le soupçonne en secret d'avoir trouver une astuce imparable pour ne pas décharger le matos… On retrouve Charly Fiasco qui sont déjà là depuis un bon bout de temps. Les balances expédiées pour les deux groupes on se met à table: de la bonne soupe pour se réchauffer suivie d'un repas bien classe. La salle se remplit tranquillement. Cette dernière, la Fourmie, est vraiment bien foutue et bien équipée : le genre de salle qu'on aimerait avoir chez nous. Charly Fiasco entament leur concert : ça bouge direct, bon concert comme ils savent faire.. J'ai hate d'entendre leur disque !! Romain Boule, le chanteur guitariste, est vraiment parfait entre les morceaux (pendant aussi, rassurez vous!). On attaque ensuite, à la cool niveau jeu de scène pour ne pas briser le coup de ce bon vieux Koj enrubanné dans sa minerve. Je me demande si ce n'est pas finalement une technique subtile pour attendrir les filles… Le public est cool, on rigole bien et ça réagit beaucoup. Après le concert on reste pas mal à taper la discute au bar et au stand, contrairement à souvent beaucoup de gens restent boire un coup après le concert ça nous permet d'en profiter!! On termine la soirée à l'hôtel, certain au lit, les autres avec les Fiasco à terminer d'écouler un stock de blagues et d'anecdotes presque inépuisable…

24 novembre 2007

Le lendemain on ne sait pas du tout à quelle heure on est sensé arriver à Château-thiery pour les balances donc on s’accorde un repos jusqu’à midi avant tracer. Arrivé sur place tout va bien, on est dans les temps. Les orgas sont là et finissent d’installer la salle. On décharge, on balance. La salle, une ancienne biscuiterie si j’ai bien compris, résonne à mort, on décide de ne pas s’éterniser sur les balances, ça le ferra avec du monde devant la scène. Les mecs de Diego Pallavas sont arrivés entre temps, cool de les revoir, ça fait très longtemps et ces mecs là sont excellents ! Ils ont changé de bassiste depuis mais le nouveau gars le fait bien, il reconnaît immédiatement le morceau des cadavres que je jouais à la guitare pour les balances !! On va bien s’entendre. Il fait bien froid dans cette grande salle donc on s’agglutine tous autour des rares radiateurs dans les loges. (Faut dire que ya les chips et les bières pas loin également !) On mange, ils ont prévu des salades variées, de la soupe (avec le froid qu’il fait c’est plus que bienvenue !!) et des croc-monsieurs !! C’est la première fois qu’on nous sert ça à un concert, c’est une super idée !! la salle commence à se remplir. Malheureusement la capacité maximum est limité à 200 alors que la salle et le bar pourraient en contenir au moins le double !! c’est pas comme ça qu’on va se réchauffer… Un groupe au nom impossible à retenir ouvre. Rock festif, un peu punk avec une chanteuse. Ça me paraissait plus vénère aux balance mais en tout cas ils foutent bien le bordel… Ensuite, Diego Pallavas super, comme d'habitude. Ça joue et ça chante extrêmement bien. Notre tour enfin, dur de passer après eux, et dur de se rendre compte de l'impacte avec un son qui résonne autant, le public semble plus frileux que d'habitude, mais en même temps il fait réellement froid là dedans!!.. à peine le concert fini les gars de Justine débarquent, ils jouaient pas très loin ce soir et squattent à la maison ce soir.. retour sur paris dans la foulée donc…

23 novembre 2007

Bruxelles

Plus d'un an qu'on n'avait pas mis les pieds en Belgique ! Nous voila donc de retour pour la 4ème fois au magasin 4, fameuse salle bruxelloise (la légende voudrait que le bâtiment à coté de la salle soit un entrepôt de chaussettes et que cela lui confère un bonne insonorisation!!). On part tard de Paris puis on se traîne dans des bouchons belges, on arrive donc trop tard pour faire des balances, on retrouve la bas les mecs de States of Nature qui organise le concert et qui joue ce soir. Ce bon vieux Fred Fresh débarque, il tape l'incruste et ouvre le concert ce soir. Bonne ambiance, bonne bouffe, le monde commence à arriver, c'est la ruée sur les tshirt et les CDs (le nouvel album n'est pas dispo en Belgique!). Ça s'agite immédiatement aux premier accords de guitare sèche décharger par Fred. Son truc fonctionne bien ici, il arrive à bien captiver et motiver l'assistance, son album à 2 euros part comme des petits pains. State of Nature attaquent ensuite, avec beaucoup d'entrain et surtout beaucoup plus d'aisance que la dernière fois ou on les avait vu sur scène (en même temps ça datait sérieusement…) On s'installe comme on peut, on fait un rapide line-check en essayant de ne pas se laisser déconcentrer par quelques lourdos qui gueulent déjà dans nos micros ou par un punk qui redresse sa crête à la laque sur scène! On se lance. Aïe aïe aïe, on comprend rien au son sur scène mais dans la salle ça semble envoyer, le public est à donf, le besogneux Grincheux s'en sort bien pour une salle comme ça sans balance ! ya du bon punk-serpillere à gérer mais globalement l'ambiance est bien. Une fois n'est pas coutume, on enchaîne carrément ce soir, le concert ne doit pas durer très longtemps du coup… Dernier metro oblige, la salle se vide en quelques minutes et on reste papoter avec les quelques copains encore présents.

17 novembre 2007

St Jean de Bournay

Ce soir c'est une grosse soirée à st Jean de Bournay avec une affiche de malade: No Good Men, ISP, Pookies, Swad, Bad Chickens, Burning Heads, Vulgaires Machins et nous! A sept euros l'entrée!! Autant dire qu'on attendait cette soirée de pied ferme. La salle est immense, un grand gymnase, avec deux scènes. On est prévu sur la plus grande des deux, entre Vulgaires Machins et Burning Heads. Après un petit casse croûte salvateur on attaque les balances. A part pour Alex, c'est dur pour nous tous, ça résonne de partout, Grincheux n'arrive pas à faire ressortir les voix et moi je m'imagine déjà essayer de rendre quelque chose devant une salle à moitié vide… On abrège donc ce calvaire et on en profite pour taper la discute avec le nombre astronomique de copains qui sont là. Ça en fait des bises à faire et des anecdotes à retenir… j'en ai les lèvres gercées.. Finalement on est beaucoup trop nombreux à se connaître. A essayer de parler avec tout le monde on arrive en vérité à voir personne.. mais bon, après un sérieux apéro et un excellent repas les hostilités commences chaudement: No Good Men en premier, suivis des Vulgaires. C'est le dernier concert de la tournée, ils me semblent fatigués mais ils savent vraiment assurer sur les grosses scènes. La salle se remplit vite. Il y aura pas moins de 800 personnes!! Pas mal de voir qu'une affiche punk rock peut rameuter autant de monde dans un bled paumé!! C'est ensuite le tour du battle Pookies/Swad. Les deux groupes jouent face à face en enchaînant un titre chacun leur tour. C'est vraiment bien mais je ne vois pas grand-chose car je suis trop petit et qu'ils jouent à même le sol, au milieu de la salle avec le public autour, comme un combat de rue dans un bon vieux western. On s'installe et quand on attaque le concert il y a en définitive beaucoup de monde et le concert se passe bien, bon son même contrairement à ce que laissait présager les balances. A peine notre dernier accord plaqué, les furieux d'ISP foutent le bordel sur l'autre scène, on range et on souffle donc on n'en voit pas grand-chose mais de loin et connaissant les bougres ça doit bien envoyer. Burning heads assènent un cool concert avec beaucoup de reggae de leur dernier album en date, opposite 2. Perso c'est ce que je préfère chez eux, et pourtant je suis loin d'aimer le reggae… On a quand même droit à une bonne poignée de bons vieux classiques hardcore. Le concert termine avec les gars de Bad Chickens, qui sont contre toutes attente d'une sobriété surprenant. Malgré l'heure tardive et les bouteilles de jack daniel dans les loges!! Je ne les avais pas vu sur scène depuis la sortie de leur super nouvel album, j'ai été bluffé: excellent concert, très bonne ambiance, que des tubes et on a même droit à une reprise de Screeching Weasel en rappel ! ! Pour couronner ça Sons of Buddha, dont les 3 membres sont là ce soir, s'incruste pour quelques morceaux bonus, histoire de bien finir la soirée. On trace assez vite, après des adieux larmoyants aux vulgaires qu'on ne recroisera pas de si tôt… En avril normalement, pour notre tournée au Québec ! !

16 novembre 2007

Nevers

Alors qu'affublé sous le poids des grèves les autres parisiens s'insultent dans le bus et se cognent dessus dans le métro, nous on se barre direction Nevers. On en a un bon souvenir (CF les archives du blog) et la date est déjà sold out!! En plus, pour couronner cette soirée au succès déjà certain, il y a les excellents M-sixteen qui sont également à l'affiche!! On arrive après les vulgaires (chose assez rare pour mériter d'être signalé!). Tout se déroule comme un compte de fée, on papote, on boit des coups, on se prépare, c'est cool de revoir ces canailles de M-sixteen… Ces derniers attaquent en premier devant une salle déjà pleine, et déjà sur ressorts, je me délecte de leur concert du coté de la scène, ils sont vraiment trop bon, dommage qu'on les croises pas plus souvent!! Les Vulgaires achèvent de rendre le pit fou furieux et c'est la folie quand on débarque, les pauvres premiers rangs se font litteralement écrabouiller sur la scène. On s'éclate bien, on parle pal mal entre et au milieu des morceaux, et comme d'habitude il y a des gens à qui ça ne plait pas, "ta gueule et chante!" ou encore "30 min de zik pour 45 min de blabla, bravo!!" ou même le bon vieux "DU SON!!!!" asséné par un teuffeur uniquement venu satisfaire ses besoins en décibels. La routine quoi…

11 novembre 2007

Plaisir

Encore un dimanche férié, on s'est encore fait couillonné sur ce coup là. En route pour Plaisir: concert en banlieue parisienne lointaine, un dimanche soir en prime, ça s'annonce pas terrible. En arrivant les mecs nous disent que c'est presque complet (!!) stupéfaction et enjouement. Vous allez finir par croire qu'on est gâté mais aujourd'hui encore l'accueil est aux petits oignons. L'équipe est extra et on a droit à un petit casse-croûte d'enfer, avec des mini-cakes divers et variés faits maison dont on ne se remettra pas de sitôt. Un régal d'originalité. Bref, comme on est quand même pas venu pour grignoter on fait nos balances, la salle est cool, mais le son pas évident aux balances, c'est le pauvre Tom qui s'occupe de notre son ce soir (ce coquin de Grincheux ayant déserté pour profiter du concert de Envy le même soir à paris!!). Concert en banlieue oblige ya un paquet de copains et de copines ce soir, on passe plus de temps à jacqueter qu'à mater le concert de KTS qui ouvrent ce soir. Pour le peu que j'en vois, ça défouraille sévèrement! Pareil pendant vulgaires machins, j'en vois pas des masses… On attaque le concert assez tôt (pour permettre à tout le monde de rentrer sans difficulté). La salle est blindée et en grande forme, mais les retours de Koj et moi-même décident de ne plus fonctionner… Je vois Tom et tous les techniciens de la salle s'arracher les cheveux à essayer de comprendre ce qui ce passe..?? on fera avec, et finalement ça le fait bien aussi, juste plus longtemps à se mettre dans le bain… On rentre à la maison le soir même. Le plus courageux, Alex bosse le lendemain matin, à Lyon. La journée à due être bien longue pour lui.

10 novembre 2007

Le Mans

Le matin, je suis le premier à arriver pour le petit déjeuner. Le réceptionniste de l'hôtel me gronde sobrement car notre conduite a soit disant été inacceptable cette nuit… je n'essaye même pas de comprendre… On a bu quelques coup dans la buvette, calmement je crois… ceux qui se sont couché en premier, en arrivant me confirme n'avoir rien entendu… bizarre, on a pourtant déjà (gentiment) fait les cons dans des hôtels, mais là non. Et le mec fait la morale à chacun d'entre nous au fur et à mesure qu'on arrive au petit déj. Personne ne moufte, le type jubile. Il doit avoir des gosses intenables qui ne l'écoutent jamais, il en profite pour assouvir sa soif d'autorité… bref, en route pour Le Mans, chère patrie de ce bon vieux Fifou. Le bougre à sacrément hâte d'y être, et nous aussi car on joue avec Keny Arkana, rappeuse marseillaise dont on aime beaucoup le disque et avec qui on avait déjà partagé l'affiche à Dijon en juin. La salle est immense, c'est dans le cadre du festival Be-bop. Ya de la moquette (propre) sur la scène, du gros son, mais des barrières à deux mètres et une scène dix fois trop haute. Les loges sont pleine de bouffe et de boissons diverses (on a même du Yop à la fraise dans le frigo!!). On se fait deux interviews pour des radios, très cool, intéressant l'une comme l'autre, on papote pendant des plombes... Ya beaucoup de monde ce soir, et un public très varié: punks, kids, lascars, rastas, ménagère de moins de 50 ans, y en a même qui viennent en famille. Et tout ça dans une relative bonne ambiance. On voit plein de copains, les loulous de Sling69, les zinzins de la Raïa, et j'en passe… le concert se passe pas si mal, dur dur pour nous: on n'aime pas les grosses scènes comme ça, on est pas à l'aise, surtout sans Joko, c'est pas facile de s'y retrouver. On est loin les uns des autres, y a un son trop propre sur scène, nos blagues pourries tombent à plat… Apparemment, du public ça le fait, mais nous on s'y sent pas très bien… Les vulgaires avant nous s'en sortent beaucoup mieux je trouve… mais bon, voir des mecs lookés hip-hop se la donner sur notre son a quelque chose de vraiment cool, voir qu'il y a encore des gens dans le punk, le rap ou n'importe quelle musique qui ne se pose pas la question de savoir dans quelle mode ils doivent s'afficher, des gens qui se foutent encore de clivages et des soi-disant antagonismes, c'est rassurant quoi, ça me ferait presque penser que tout n'est pas foutu… Après nous, le show de Keny: très calibré, grosse machine mais ça le fait bien. On discute pas mal tous après le concert puis direction l'hotel…

09 novembre 2007

Pont ste Maxence

Debout bien tôt, nez à nez avec la fameuse chèvre… On part tôt, car Julien le mec bien cool qui nous héberge bosse à neuf heures, on le dépose et on trace la route jusqu’à Pont st Maxence. On arrive forcément en avance. Ça commence à être une habitude ces temps ci, encore une preuve irréfutable que nous ne sommes pas un vrai groupe de rock’n roll ! Heureusement que notre camion est vraiment pourrave, sinon on arriverait encore plus tôt… la salle est dans un grand complexe avec salle de théâtre. Il y a un super catering qui nous attend, avec huit sortes de fromages différents, on s’empiffre. Je fais écouter aux autres les 3 titres que Black Sheep nous ont envoyé en prévision de leur nouvel album. Ça tue ! J’avais bien fait de leur proposer de le sortir avec Guerilla Asso !! Tous les organisateurs et techniciens sont excellents. Malgré les efforts de Damien, les Vulgaires pulvérisent le record du monde de retard. Dans les loges il y a un baby-foot, on s’éclate bien. On est rejoint par Laetitia pour s’occuper du stand et Willy, un collègue cheminot de Damien qui fait un stand d’info sur le végétarisme et la condition animale en général. On discute un peu les Suricates le premier groupe qui joue ce soir, ils sont bien cool et bien marrant, leur set est pas hyper débridé mais ça le fait bien. Vulgaires Machins = parfait, on s’en lasse pas. On attaque devant un public un peu plus crust que d’habitude, mais super bon climat. J’aperçois des mecs avec des Blousons « Kop of Boulogne », j’avoue que ça me casse un peu le délire mais les mecs sont réglo et apparemment très clairs. Le concert est encore une fois vraiment fun et motivant. Putain, encore un excellente soirée, c’est vraiment un plaisir de reprendre les concerts dans ces conditions…

08 novembre 2007

Metz

Après 3 jours de retour au boulot on remet ça pour un gros week end de concert en compagnie toujours de Vulgaires Machins. On joue à Metz. Sur la route on a droit à un petit control de police. On était en train de se faire des sandwiches à ce moment, on a peur que le chien se jette sur notre bouffe. Heureusement la bête est bien dressée et se concentre sur son boulot… On arrive devant la salle, la Chenille Bleue est fermée. On y retrouve Olivier, le bassiste de P.O.Box qui nous accompagne chez « la face caché » un super disquaire de vinyle. On papote avec le vendeur, qui va chercher des bières à l’épicerie d’à coté. On dépense pas mal de thunes, heureusement qu’il n’y a pas un disquaire comme ça en bas de chez moi, je serais définitivement pauvre… ce bon vieux Capsule (charge 69, Combat Rock, feu-PKRK) ne tarde pas à arrivé accompagné également de Laurent. On échange des disques pour nos distros respectives. Tous le monde va chacun son tour choper des bières à l’épicerie. Je commence à être déjà un peu joyeux alors que je n’ai pas encore mis les pieds dans la salle !! ça promet… De retour à la Chenille Bleu on retrouve Les Vulgaires et les Flying Donuts. C’est un grand Bar avec un patron super cool et une sono à peine plus puissante que celle qu’on utilise pour répéter… ça se remplit en quelques instants, les Flying envoient comme à leur habitude un bon gros set de costaud. Ils sont vraiment impressionnants ! Inutile de vous préciser qu’en ajoutant derrière ça le concert des Vulgaires on fait pas trop les malins au moment d’attaquer notre set. Ça se passe bien, grosse ambiance et bonne humeur. Ya plein de copains qui sont là ce soir, Seb des P.O.Box, Quentin, l’habituel merch-guy des Flying se sent étrange de ne pas être derrière le stand ce soir… Brady de Exit Wound me file un exemplaire de leur excellent Maxi. On part dormir chez Julien dans une chouette baraque. Je dors avec Grincheux et une étonnante chèvre en paille tressée…

03 novembre 2007

Albi

Après une courte nuit pour certain, on part bien rapidement pour albi. La route n’est pas longue, et on arrive sous un mauvais temps à la MJC, (ou le Noctambule). C’est la deuxième fois qu’on y joue, et les souvenirs qu’on a y sont très bons. On est donc accueillis par David, de Dirty Fonzy, qui fait aussi partie de l’Asso qui organise les concerts dans cette salle. Après des balances efficaces on est rejoints pas les Vulgaires. L’après midi se termine sans trop d’émule, on discute avec David, les Vulgaires et les Charly Fiasco avec qui on joue encore ce soir. Après un dîner épicé, et une partie de baby-foot perdue de justesse par Alex et moi contre deux valeureux albigeois, les concerts commencent, il y a beaucoup de monde ça fait plaisir à voir, il y a malheureusement quelque personnes qui doivent rester dehors faute de place. Les Fiasco assurent comme hier, sauf que la salle plus petite et plus « chaleureuse » booste encore plus groupe et public. L’effet est le même pour les vulgaires, qui malgré une chaleur accablante assurent un set impeccable de mélodies et d’émotions. Arrive notre tour, on joue un peu n’importe comment, mais on s’amuse beaucoup, et je pense qu’on dégage donc beaucoup d’énergie, le public nous entraîne, qu’on entraîne a notre tour en une boule de neige de bonne humeur, pendant tout le début du concert, pas de violences, pas couilles extraverties, que c’est bon de s’amuser comme ça. Jusqu'à ce qu’un pauvre type ruine un peu l’ambiance en voulant jouer le petit coq au milieu de la fosse, qui lui ouvre un grand trou. On le repère tout de suite, on arrête la chanson, et lui faisons un peu la morale comme on a l’habitude de le faire. Il « fait son chaud », mais les bons sentiments prévalent et la fin du concert se passe très bien. La scène est une vraie patinoire et Till nous gratifie d'une bonne poignée de dangereux grands écarts accidentels. On discute tous ensemble en chargeant le camion, on se dit au revoir, des bises à tout les copains, tout ça se pressant un peu, en effet, Damien Youpeula le warrior de la route se sent de faire les 8 heures de routes qui nous mèneront à Paris dans la nuit. Nous nous séparons tous pleins de hâte de se retrouver les vulgaires jeudi prochain !

Koj

02 novembre 2007

Perpignan

Le vendredi direction Perpignan, route sous le soleil, on roupille en bronzant… On arrive à la salle à l’heure, mais pas la bonne heure… On n’avait pas la bonne info. Du coup on est obligé de bâcler un peu les balances. La salle est hyper grande, très haute de plafond… trop haute, comme la scène d’ailleurs. Les mecs là bas sont un peu stressés, ça nous change de nos habitudes de peinards. L’accueil est excellent, trop de bouffe dans tout les sens, des gens qui s’occupent de tout, tout le temps… J’en suis presque mal à l’aise… On retrouve les copains de Saturn et de Charly Fiasco, autant dire qu’on s’amuse bien comme des débiles. La salle se remplit petit à petit pendant l’excellent concert de Charly Fiasco, c’est la première fois que je les vois, j’ai pas été déçu, ça le fait carrément : ça joue bien, ça bouge partout, y a de la bonne blague, l’ineffable Romain Boule est parfait en « leader » charismatique dégénéré. Vivement l’album ! Saturn envoient un bon concert, à domicile comme on dit. Ils ont encore progressé les coquins !! Cha, la batteuse impressionne tout le monde avec son corps en forme de brindille et son ahurissant jeu de batterie. Pour la taquiner on lui ressort le bon vieux « tu joue bien pour une fille » le fameux faux compliment du connard… Elle rit jaune... Les Vulgaires assurent bien évidemment un super concert (ça va de soi). Je ne trouve même plus assez de compliments et de superlatifs pour parler d’eux… Au stand pendant leur concert, alors que je file la set-list à Alex une fille me demande si on est dans Guerilla car elle est fan, je lui fait croire que je joue dans Charly Fiasco, je lui file un autocollant, elle me dit qu’elle a bien kiffer le concert, j’essaye de lui vendre un de leur CD, mais elle a pas d’argent. Romain arrive à ce moment et lui offre le CD ! On arrive sur scène, l’ambiance éclate direct ! On s’attendait pas a ça dans ce genre de salle. Au bout de deux morceaux j’aperçois la fille crédule de tout à l’heure. Je raconte au micro l’histoire à tout le monde, son visage tourne au pourpre… ses potes se moquent bien d’elle, la pauvre... Koj lance un « ah, ça fait bien plaisir de jouer au pays basque » (les catalans sont tous un poil chauvin, et ce fourvoiement est ici de fort mauvais goût). Les potes de Dolores Riposte sont là ce soir, en jour off sur leur tournée. On leur lache nos instruments pour qu’ils profitent de l’occasion pour faire un morceau. Je ne les ai pas vu depuis quelques temps, c’est vraiment un des meilleurs groupes en France en ce moment. Je suis trop content d’être leur pote et d’avoir sortit leur disque en prime ! Pour le deuxième soir on se fait une reprise de NOFX avec Guillaume des Vulgaires au chant. Je réalise comme j’aime bien jouer de la guitare sans avoir à chanter… c’est beaucoup plus facile, pourtant je n’y arrive pas forcement mieux… On trace après le rangement chez les parents de Cha pour dormir. Enfin, dormir, pour les autres. Alex, Emilie et moi ça veut plutot dire faire la fête avec les copains ! On picole en discutant de tout et n’importe quoi. Je monte à l’étage me coucher quand les toulousains commencent à ce coller des fessées de compétition et à s’enfiler des objets dans leur prépuce. J’ai des acouphènes mais pas à cause du concert, c’est plutôt la faute au fracas des mains sur les fesses de ces fous !

01 novembre 2007

Marseille


Le matin je descends prendre le petit déjeuner avec Youpeula, on est les seuls. Il décide alors avec dépit de mettre son sucre à flatulence dans son propre café. Koj et Grincheux nous rejoignent, puis les autres. On part chercher Alex chez lui et hop, direction Marseille. Il fait un temps magnifique, on est tous en tshirt, au mois de novembre!!! A Marseille on retrouve Nico et Manu de Menpenti qui arrivent en même temps que nous à la salle. C'est aussi eux qui organisent le concert. Après les balances on trace au magasin de disque Lollipop, monté par Steph de Neurotic Swingers et Paul, qui tenais la super boutique Sonic Machine à Paris avant de s'exiler dans le sud. Le shop est excellent, un vaste magasin ainsi un café-bistro pour discuter, lire des fanzines, écouter des disques tout en buvant des coups. Si on est là c'est que les deux compères nous avaient proposé de faire un showcase acoustique. Exercice que nous refusons systématiquement lorsqu'il s'agit de fnac ou virgin, mais ici, lieu rocknroll et DIY, qui plus est tenu par des potes, on n'a pas osé avoir l'indélicatesse de dire décliner la proposition. Me voila donc comme un con avec ma guitare sèche devant une petite 30aines de personne dont mes coutumiers camarades de scène, fort disposés à se foutre de ma gueule. Quelle triste et douloureuse épreuve… Jamais je n'ai vraiment eu de trac ou de stress avant un concert ou quelconque autre pitrerie public, mais là c'était dramatique, ma voie s'est retrouver salement nouée par le stress, jusqu'à en devenir éraillée, un peu comme un gamin de 13 ans qui essayerait d'imiter Against Me! Puis (comme si le ridicule n'était pas assez flagrant) les paroles disparaissaient sournoisement de ma mémoire au milieu de chaque couplet!! Vraiment, douloureuse épreuve, je vous jure… Heureusement cela ne dura pas trop et on est de retour à la salle rapidement (après quelques achats…). Le monde se tassait déjà devant l'entrée, et à l'intérieur la bouffe était servie. A peine les portes ouvertes, la salle était pleine, et le stand attaqué par des kids avides de consommation… heureusement, Virginie, la "merch-girl" de Menpenti nous porte mains forte avec entrain et avec un décolleté incitant ce soir encore les gamins à acheter plus que de raison. En effet les 4 cartons de tshirt qu'on a prit pour ce week end seront ce soir réduit à un seul!! Menpenti attaquent, cool concert, des gros progrès depuis la dernière fois qu'on les a vu ! Je me laisse carrément conquérir. Ensuite, Vulgaires Machins pulvérise la salle. Super concert, un des meilleurs que j'ai vu d'eux. On déboule ensuite devant des kids à fond mais avec un "vigile" devant chaque coté de la scène, déplaisante perspective que de jouer devant un public cerné par deux molosses en bombers. En fait les deux gars sont pas si méchant et après un ou deux rappel à l'ordre par Youpeula les mecs assurent leur job avec courtoisie et sans prise de tête. On dort chez Manu ou deux petits chiens affreux règnent en roi. Dure nuit au niveau des odeurs pour Alex et Emilie qui dorment sur le canapé ou les deux terribles on élit résidence. Finalement on aura pas entendu parlé des pets de Youpeula la farce du sucre tombant bêtement à l'eau…

31 octobre 2007

Lyon


1er jour de notre tournée avec les québécois de vulgaires machins. Notre Damien national est déjà avec eux, on part donc avec ce bon vieux Youpeula au volant, accompagné de Grincheux, ingé son des camarades de Sling69 qui vient faire notre son ce week end. Enfin, je dis week end mais on est mercredi matin… On part pour Lyon, avec deux autostoppeur dans le coffre, nos copains Alexis (bassiste de Mon dragon) et Romain (journaliste chez Rocksound qui descend faire un live report du concert). Arrivés à Lyon on retrouve les Vulgaires qui attaquent leur balance. La salle, la MJC d'Oullins rebaptisée le Clacson, est bien cool et l'accueil est remarquable. On s'embrouille tous car il y a sept personnes qui s'appellent Damien !! Je répète un peu pour le concert acoustique de demain au shop Lollipop… dur dur de jouer seul avec ma gratte, je m'attends au pire… Alex nous rejoint en bonne compagnie de Emilie, sa douce, qui s'occupera du stand ces quelques jours. Cette crapule de Forest (the pookies, sons of buddha, black zombie procession) débarque comme par hasard à l'heure de l'apero, rituel qui semble important ici: l'apero est même indiqué sur le planning! Le repas est très bien, on papote avec les Vulgaires. Ils ont l'air un peu crevé quand même (il faut dire qu'ils sont arrivés hier!!). Le concert attaque avec 25, trio de Marseille, punk assez sombre et noisy. Les gars sont très cool en tout cas et le concert le fait bien. Pendant ce temps au stand de Tshirt c'est la ruée. On écoulera plus 40 tshirt et encore plus de CD du nouvel album!! Emilie reçoit le renfort de quatre de ses copines dont le dynamisme n'est pas de trop pour rassasier les kids. Certainement aussi que cette bande de jeunes filles fraîches et parfumées n'est pas innocente face à cette vente triomphante, à voir les yeux scintillants des jeunes garçons au stand, on n'en doute pas un instant… Je matte une bonne partie du concert des Vulgaires Machins. J'avais été un peu déçu de leur dernier concert à paris en avril, ce soir je suis immédiatement rassuré!! Ça le fait vraiment bien. J'ai déjà hâte d'être à demain pour les revoir jouer!! On envoie notre concert ensuite. La réaction est énorme: la salle est gavée et tout le monde en forme et de bon poil. On se permet deux rappels. Youpeula se démarque encore une fois comme meilleur backliner officiel. Toujours prêt, toujours attentif, toujours réactif! Il faut dire que le bougre nous pratique depuis un bail. Il était déjà la à l'époque ou Koj et moi sévissions dans les Betteraves: à nous conduire, à contenir les pogos débordant, rebrancher les câbles, tenir les pieds de micro etc… Malheureusement depuis son mariage et surtout son nouveau job on le voit moins souvent! Le concert plié, on discute, on se fait une petite interview, on traîne… Youpeula arrose les gens avec son pistolet à eau et me montre en secret un petit sachet de sucre de farces et attrapes qui fait péter. Il compte l'utiliser le lendemain au petit déj mais il hésite encore sur sa victime…

29 septembre 2007


Lendemain matin, apres moult douches, depart pour Royal Tunbridge Wells (c'est une ville) pour l'avant dernier concert de la tournée. Apres une route sans encombre, nous avons malgré tout quelques problemes pour toruver la salle. L'ingé son qui nous accueille a l'air bien surpris de voir un groupe français débarquer... Il n'etait pas au courant que nous jouions, car l'organisateur (en vacance en espagne) ne l'avais pas prevenu. Il nous integre néanmoins au planning sans probleme. La salle est plutot chouette, dans d'ancien toilettes publiques aparement, elle est en forme de croissant avec la salle d'un coter et l'entrée et le bar de l'autre. Les balances se passent bien pour tout le monde, surtout pour Alex et Till qui apprecient beaucoup celles de 7 day Conspiracy, groupe qui melange punk hardcore melo et raggae. Leur concert etait ma foi fort plaisant ! Pendant le notre de concert, il y a quelques motivés, et tout le monde semble bien aimer. On s'amuse tous aussi, mais joko commence a nous manquer.
Les sonic mettent le feu encore une fois, c'est fou comme ils savent s'adapter a toutes les scenes, et chauffer n'importe quelle salle. Ils racontent des bêtises, et jouent tous exelement bien. Ils ont l'habitude de raconter entre 2 chansons que le fait de nous avoir invités en tournée est la meilleure chose qu'ils aient faites de toute leur vie !!! Bien qu'il soient peut etre un peu sur-expressif, on est décidement bien d'accord avec eux.
Apres le concert, dans les loges une fille voudrais faire une interview des SB6, mais des mecs du premier groupe (dont le nom m'echape) sont un peu lourds et occupent l'espace sonore, nous prennent un peu pour des cons aussi aparement. Laila (la chanteuse de SB6) a l'air consternée. Vu l'etat d'hébriété, on s'interpose un peu, on essaye de les faire sortir pour que l'interview puisse se faire. Finalement, la fille est decouragée et decide de la faire par mail. On recroise le trompetiste idiot plus tard, qui n'est finalement pas bien mechant. Il pensait juste se moquer de naif français qui pensait il ne comprennait pas l'anglais. C'est bien naturel...


Ce soir l'hébérgement n'est pas prévu. 3 mecs se proposent de nous loger, et nous voila parti pour plus d'un heure de route... On fait une halte dans une station service où on on achete de quoi diner. Alex, fifou et moi nous essayons aux nouilles liofilisées en pot... ne tentez pas...
Arrivés a la maison, chacun trouve un bout de parquet, de tapis de sol ou de moquette pour les plus chanceux, pour s'endormir une derniere fois en angleterre. Pour Pat et moi ce sera camion. On s'endort tous en rêvant de notre lit.

Koj

28 septembre 2007

Le lendemain matin, depart pour folkestone. On part donc sans se presser avec la bonhommie qui nous habite depuis la debut de la tournée. Arrivés sur l'autoroute, des embouteillages monstreux! On décide donc de sortir pour passer par les petites routes. L'option ne peut être plus mauvaise mais n'en est pas meilleure... Après donc un trajet au temps multiplié par 2 on arrive à la salle. Ici nous attend Neil le batteur de sonic boom six, il nous previent tout de suite : Il y a des centaines de kids qui courent dans tout les sens. Il nous guide alors à coups de baffes à travers le public, resté dans la cour devant la salle, jusqu'a notre place de parking. La salle est une espèce de salle des fêtes mais avec quand meme un bar. Les groupes qui jouent avant nous sont assez sympa, du ska punk energique. Puis arrive notre tour, on s'installe, on joue, les 2 premiers rangs sont a fond avec nous ça fait plaisir, ça nous donne beaucoup d'energie. Mais au bout d'un moment on se rend compte que tout le reste de la salle, assez rempli ne prête d'attention qu'à la musique, un disque aurait fait l'affaire... ca fait un peu bizarre mais bon, l'ambiance est quand meme bonne, on s'amuse tous bien. Au tour de sonic boom six qui s'installent en 4eme vitesse car le temps qu'il reste est assez incertain. Leur concert est explosif, bonne ambiance, (même phénomène) en au moins 5 rangs attentifs. Mais voila, le couvre feu est a 11h, alors a 11h tapante, au milieu de leur concert un des vigile moche vient se mettre au milieu de la scene pour tout stoper. Il annonce que la police est dehors et qu'il faut donc tout remballer vite fait. Alors tout le monde crie (tout bas) à l'injustice pendant que le public sort, c'est un complot du gouvernement tout ça... En fait les flics sont bien pacifistes et ne sont la que pour empecher la baston à la sortie, il n'y a que les vigiles qui sont relous. On met donc un peu de mauvaises volonté, mais de bonne humeur à tout ranger. Apres quelques tergiversations sur l'endroit de notre couchage, on decolle vers la maison d'un des mecs du premier groupe : Immense baraque avec 50 cm de moquette partout, des instruments dans chaque pièce, et comme c'est la maison de ses parents (absents) tout est nickel ! il y a de la place pour dormir sur du mou pour tout le monde : Joie. La bonne humeur continue avec une soirée tranquille, avec par là des boeufs (nous decouvrons Ben en talentueux saxophoniste) par là des discussions plus ou moins interessantes. Parmi les plus frivoles, on fait encore un peu plus connaissance avec Laila, Barney et Neil, autour de verres et de parties de puissance 4. Puis, soudainement c'est la stupeur ! l'hote nous offre a manger ! en cette hostile terre d'albion ! on en revient pas en mangeant les pizzas, les pâtes et le pain à l'ail (grande découverte culinaire de la tournée !) qu'il nous a préparé. Peu après, on va petit à petit tous se coucher pour une nuit molle fort bien venue.

Koj.